Forum

Vous utilisez un bloqueur de publicités

Ce site diffuse uniquement des publicités non-intrusives et sont vitales pour son développement.

Pieds

Notre définition

Notre définition

Cet article m'a fait gerber =X

[url:3rc5wpcg]http://www.metrofrance.com/info/george-tron-ne-serait-pas-fetichiste-du-pied/mlak!kka0gxMATJJ7w/[/url:3rc5wpcg]

surtout ce paragraphe en fait:

Selon les psychiatres, George Tron "présente une efficience intellectuelle normale". "Cet examen n'a permis de retenir aucun élément qui aurait indiqué une évolution sexuelle problématique ou qui aurait révélé l'existence d'éléments évoquant une organisation psychique perverse de la personnalité".

Récapitulons le fétichisme est:

Une efficience intellectuelle anormale

une évolution sexuelle problématique

une organisation psychique perverse de la personnalité

voila voila a vous de juger

Re: Notre définition

Le monde est parfois ......... C** :snif: Mais bon comme tu dit pierreanne après chacun sa définition :/ Voila mais, une défaiance psychique heuuuu non je ne crois pas :ralala:

Re: Notre définition
Re: Notre définition
Re: Notre définition

Je crois qu'en fin de compte nous pouvons assister à un certain retour de l'obscurantisme moyenâgeux, avec une tolérance proche de zéro... D'un autre côté, le fétichisme du pied en prend un coup juste parce que c'est le plus répandu et surtout le plus connu. Prenez le fétichisme des mains, il passe pratiquement inaperçu et pourtant il est aussi "fort" que notre fétichisme. Seulement, regarder les mains des gens et s'imaginer en train de les caresser, les bisouiller voire les lécher passe beaucoup mieux que de regarder les pieds...

Re: Notre définition

Morphete666 l'article signale justement que george tron n'est pas fétichiste et ne présente donc pas d'efficience intellectuelle anormal etc etc

Re: Notre définition

Sottises de journalistes smicards et de presse à sensations pour faire les gros titres. Encore des propos qui se donnent des airs scientifique mais sans aucun fondement, bienvenue dans la [i:rdg95jym]docta ignorentia[/i:rdg95jym] à la française... Rien à voir avec les champs cliniques de la psychiatrie et de la psychanalyse, ne surtout pas prendre ces articles à deux sous comme ayant une quelconque crédibilité dans le milieu médical.

Voilà à cause de qui notre pratique perd de sa crédibilité - et malheureusement à juste titre - dans notre pays de citadins ignorants et de ragots écrits à la hâte pour soulever la plèbe et lui faire acheter bêtement le journal. Ridicule.

Re: Notre définition

Vous pouvez me donner l'adresse de l'abruti qui a écrit cette saloperie, histoire que je lui arrache la tête? Déficience mentale... mais oui, bien sur! C'est le crétin qui pondu ce truc qu'il fudrait interner, oui! L'humain est un éternel débile insatisfait, les fétichistes sont beacoup mieux :moue: Mon avis rejoint celui de John, j'ai horreur des gens parlant de choses qu'ils ne connaissent pas comme s'ils en étaient des experts.

Re: Notre définition

Ce qui m'indigne personnellement c'est surtout les dégâts que font ce genre d'articles sur l'idée que les français se font actuellement de la psychiatrie. Pas étonnant qu'on nous décrive en ce moment comme des voyants pour qui l'essentiel de la pratique repose sur un jugement de la sexualité par rapport aux constructions normatives du système collectif (la pathologie serait donc l'écart à la normalité... quoi de plus faux, et quoi de plus triste ?), et une réduction grossière et terrifiante de notre champ théorique à une équation complètement bidon, qui serait à peu près "psychanalyse = oedipe = désirer sa mère et vouloir tuer son père". A vouloir raccourcir et vulgariser ce qui n'est justement pas simplifiable (quoi de plus problématique et complexe que la sexualité ou la construction psychique d'un individu ?), on en arrive à lire de telles inepties.

Mais les auteurs de ce genre d'articles pour journaux "pop corn" n'ont cure de publier des billets qui rendent compte de la réalité. Non, ce qui compte c'est de faire les gros titres. Cet article est une insulte à notre pratique, autant qu'aux personnes qu'il stigmatise (les fétichistes). A brûler.

Re: Notre définition

J'ai également prêté attention à cet article, c'est pitoyable, peut-être même discriminatoire, vu sous un certain angle. Et ces médias qui cherchent en permanence à détruire l'image de ce qui ne correspond pas à leurs goûts, à leurs normes... Nous vivons dans un système qui n'a certainement pas finis d'évoluer, je le pense. En tout cas je suis bien d'accord avec ce qui a été dit sur ce post, et comme je l'ai déjà exprimé à plusieurs reprises, je suis heureux d'appartenir à une communauté aussi ouverte d'esprit, sincèrement.