Forum

Vous utilisez un bloqueur de publicités

Ce site diffuse uniquement des publicités non-intrusives et sont vitales pour son développement.

Discussion sur les chatouilles

Les chatouilles de Schrödinger

Les chatouilles de Schrödinger

Derrière ce jeu de mot de qualité (vous en conviendrez), se cache en réalité une question plutôt sérieuse.

Tout comme le chat de ce bon vieux Schrödinger, je considère qu'une personne est chatouilleuse et insensible, tant que l'on observe pas le résultat de l'expérience. Et donc de mon point de vu, désirable ou non.

Et puis un jour on tente notre chance... Et c'est le drame.

Est-ce que ça vous est arrivé de perdre tout intérêt eroticoromanticosexuel pour une personne en découvrant sa totale insensibilité aux attouchements que l'on affectionne tous ici ? Comment vous avez gérer ce genre de situation ? Est-ce qu'on a là un dealbreaker pour vous ?



J'attends vos témoignages ! :)

3QvLN0L.gif

Re: Les chatouilles de Schrödinger

Einstein aurait répondu que tout est relatif.
Est-ce que ça existe vraiment une personne pas chatouilleuse ? C' est à dire jamais et nul part. Il y a des personnes peu sensibles, ou qui arrive à bien se contrôler. Certain rigole quand on les chatouille et puis souffle un bon coup, se concentre, et alors là plus moyen de les faire rire.
Je me demande si ça existe vraiment quelqu' un qui n' a jamais rit sous les chatouilles de sa vie ? Non ? Oui ? Témoignages ?

La chatouilleuserie d' une personne dépendrait donc du temps et de l' espace dans laquelle se situe cette personne.

Incroyable ! Qui aurait cru que ce serait ici, sur ce forum, que l' union entre la quantique et la relativité verrait le jour ! :choque:

Re: Les chatouilles de Schrödinger

Contrairement au chat de Schrödinger, dont la mortalité ne fait pas débat, rien ne garantit la réalité objective de la chatouillabilité. Depuis des siècles, les chercheurs se posent cette question cruciale : pourquoi ne peut-on pas se chatouiller soi-même ? Pourtant, mécaniquement, on est tout à fait capable de produire soi-même le même geste qui devrait, en principe, déclencher la même réaction. Alors que si on inhale volontairement un poison mortel, on n'a aucun problème pour obtenir le même effet - soit la mort - que si un marteau, ou une autre main, avait brisé ou ouvert le flacon. Idem pour une autre expérience : le feu. Si je mets ma main au feu, je me brûle. Le fait que je le fasse moi-même, délibérément, ne m'empêche pas d'obtenir le même résultat que si l'action était subie. Alors pourquoi ça ne marche pas pour les chatouilles ? Vers le début du 19e siècle, certains savants commencent à se demander si l'explication ne serait pas cérébrale. Et en effet, depuis le 20e siècle, les seuls savants à s'intéresser aux chatouilles sont les spécialistes du cerveau et du psychisme. Autrement dit, tout est une question d'état d'esprit, d'inconscient, de mécanismes neurologiques. La réalité des chatouilles ne serait donc pas purement mécanique (sinon, on pourrait se chatouiller soi-même), mais symbolique, psychique, irrationnelle, cérébrale.

Reste à analyser pourquoi l'absence de réaction du partenaire est décevante pour un fétichiste des chatouilles.