Histoire : Pulsions refoulés

Vous utilisez un bloqueur de publicités

Ce site diffuse uniquement des publicités non-intrusives et sont vitales pour son développement.
Histoire


Histoire ajoutée le 27/11/2019
Épisode ajouté le 27/11/2019
Mise-à-jour le 27/11/2019

Pulsions refoulés

1ere Histoire que je poste en public, soyez indulgent(e) s'il vous plaît ^^. Je compte écrire en 3 partie et si vous voulez de l'action il faudra attendre la dernière partie :rougis: Je tâcherai de faire de mon mieux :D Sur ce, bonne lecture!



"Allez! Tu dois bien avec quelques choses qui te fais envie... Murmura doucement une voix suave?


-Je te l'ai déjà dis pt'it cœur, tu me plais comme ça et je m'amuse asse pour deux, pour trois même. Lança une voix douce.


Un long soupir fut la seule réponse que Pierre obtenue de l'exotique créature couché sur sur son torse nue. La belle amazone aux pupilles et l'iris obscur le regardait avec insistance quelques secondes, regardait ce n'est pas le bon terme: ses yeux ténébreux perçant lisait à travers son cœur et son âme. Le cœur de Pierre se mit à battre la chamade.

-Tu sais que le mensonge prend pas avec moi. Rajouta Julia plus sérieusement.

-Je te l'ai dis, tu me satisfait. Répondit plus rapidement son Ami en détournant le regard. Je crois que j'ai juste besoins d'en fumer une. Bredouilla-t'il.

Mimant une grimace à ces derniers mots, Julia observa quelques instants encore son blondinet adoré, puis le détacha de son entreinte à contre coeur, celui-ci l'embrassa doucement sur le front ce qui la fit sourire un peu.
Sortant lentement du lit, Pierre se rendit au bord du balcon, avec comme seule habit une serviette trop courte autour de sa taille, mais il se sentait pourtant mourir de chaud. A vrais dire, il n'était arrivé à Rio que depuis une semaine et l'été ici était beaucoup plus chaud et humide qu'en France, mais cela faisait du bien.
Regardant les rues éclairés en souriant, le Français se sortit une cigarette de son paquet qui trainait là et l'alluma avec son briquet fétish qu'il ne quittait jamais, puis il tira quelques lattes, pensif.

Ses yeux se détournèrent de la ville pour voir dérrière lui sa brésilienne à travers le verre. Elle s'était éteinte semblait-il, d'après ses yeux clos et sa bouche entrouverte qui trahissait sa respiration lente, les yeux du blond se dirigèrent malgré tout vers les longue jambes nue de son amie: ses formes généreuses était indéniable en effet, ses hanches portaient des courbes sans défault qui attirait naturellement le regard de certains, même si Pierre quand à lui avait avait laissé son regard se dirigé vers les pieds couleurs café au lait de Julia qui dépassait de sous la couette. fixant quelques instants ce spectacle, il se gifla mentalement pour détourner le regard de ses envies.


Son teint avait viré au rouge cramoisie et il tenta de secouer sa tête de droite à gauche pour oublier ce qu'il avait vu et faire diminuer sa libido qui avait grimpé rapidement. Pierre avait tenté maintes et maintes fois de refouler ce penchant sexuels depuis l'accident d'il y a deux ans. En y repensant aujourd'hui, il ne ressens ni plus ni moins que de la honte et du dégoue pour lui même et ce qu'il avait fait avec sa copine de l'époque: emportait par l'exitation, il ne s'était pas arrété aux supplice de son unique éxperience et il s'était retrouvé à la porte la nuit suivante. Néanmoins il savait que c'était mérité et il ne voulait plus retenter l'éxperience, du moins pas avec Julia. Flux de pensée intense, il savait qu'il l'aimait et qu'elle aussi, qu'il n'était là que depuis une semaine mais qu'il se sentait comme chez lui dans ses magnifiques appartements. Et pourtant, même si ils partageaient leurs temps, leurs biens, leurs passions et leurs craintes, Pierre n'avait jamais mentionné son fantasme, au début de leur relation il n'avait pas envie de tout gâcher à cause de ça, et maintenant il se retrouve bloqué avec ce penchant qu'il tentait de supprimer à tout prix, mais difficile lorsque l'on côtoie un beau 39 au vernie variant de la pellicule noir à une bleue azur, son favori.
Les questions pleins le crâne, le fumeur écrasa sa clope contre le bord du balcon puis rentra sans un bruit pour se coucher lentement auprès de sa bien aimé sans la réveiller comme à son habitude.

Ils aiment : Toi ?